Home » Histoire et Légende » La JSE Skikda fête ses 20 ans

La JSE Skikda fête ses 20 ans

La JSE Skikda fête ses 20 ans cette année, et à cette occasion, le club a organisé des festivités digne du club et de la ville, qui a donné énormément au handball algérien.

Présent ce week end, les anciens joueurs de Skikda, les anciens joueurs de l’équipe nationale, années 60, 70, 80 et 90 (Amara Lounes, Sofiane Draouci, Abdeslam Benmeghsoula, Kamel Ouchia, Mahmoud Bouahnik etc…) le président de la FAHB et le DTN, Said Bouamra et Lahbib Kherraifia, et l’ancien sélectionneur national, Mr Aziz Derouaz.

La journée a débuté avec la présentation de toutes les catégories du club, par le maitre de cérémonie, Faycal Haddef, à commencer par les poussins, dont s’occupe Rabah Sayad, ancien joueur de Skikda et de l’équipe nationale des années 60/70.
Les écoles, les poussins, les minimes, les U-15, U-17, U-19 et U-21, toutes les catégories étaient là, en compagnie des A, qui a disputé un match gala face à une sélection de joueur du championnat.

Un grand moment de plaisir et d’émotion, de voir Rabah Sayat, véritable artiste sur le terrain et en dehors, à courir avec les enfants, qui le pourchassaient, tentent de le rattraper…

Extraits sonores, avec Yacine Aliout, Abdelghani Hadad, ancien sportif à Skikda, et ancien prof du président actuel de la JSES, et Driss Lakhdar, ancien champion d’Algérie en 1966 avec la JSM Skikda.

IMG_4299 copie

IMG_4325 copie

IMG_4326 copie

IMG_4349 copie

IMG_4368 copie

IMG_4374 copie

IMG_4378 copie

IMG_4420 copie

IMG_4441 copie

Entre temps, des remises ont été faites aux anciennes gloires du handball Skikdi, notamment Mohamed Mameri, champion d’Algérie en 1966 avec la JSM Skikda, plus tôt dans la matinée, c’était les Judokas qui étaient à l’honneur, discipline chère au Président Alliout Yacine, qui est 3ème DAN.
Le temps fort arrive en fin de journée, quand les anciens de Skikda affrontent les anciens de l’équipe nationale, Rabah Sayad, Ali Akacha, Djeffal Ahcène etc…etc… en face des Abdeslam Benmeghsoula, Nouredinne Henni, Mahmoud Bouanik, Mohamed Mokrani, Kamel Ouchia le tout sous la main de Faycal El Hachemi.

Cette très belle journée se terminera a palais de la Culture de Skikda, avec des remises de trophées et récompenses, et de la musique, juste avant, les présents ont eu le loisirs d’admirer les photos des différentes époques du handball de Skikda mais aussi des autres disciplines, comme le Judo ou encore le basket-ball.
Avec également, une énième séquence émotion, avec une vidéo enregistré de « P’tit Pierre », ancien joueur de la JSK Skikda, champion d’Algérie en 1966, qui, pour des raisons de santé, n’a pas pu se rendre en Algérie pour l’anniversaire.

IMG_4881

Le lendemain, sous un soleil radieux, l’organisation proposait une visite à la Mairie de Skikda, véritable musée qui regroupe un grand nombre de tableau avant de conclure la matinée au port de plaisance de Skikda, pour le plus grand bonheur des convives.
L’une des principales déclarations qui faudra retenir de cette journée, est celle du Yacine Aliout, le président de la JSE Skikda : « La JSES a démontré à sa façon que les ponts ne seront jamais coupés entre les générations »

Dans la revue consacrée à l’évènement, on pouvait également lire

Le Mot du Président :

Si Jeunesse savait, si vieillesse pouvait

Lors de la Création du club le 2 Juillet 1995, contre vents et marrées, nous avons choisis le handball comme locomotive.
Ornée d’une histoire riche et avant-gardiste, la discipline a vu le jour à la fin des années 50 et a connu des bouleversements à travers plusieurs générations et clubs, pour aboutir à l’Espérance Skikda.
En 2007, sur un forum de « Phillipeville », Daniel Pascal disait : « Le Handball à Phillipeville est toujours au temps… pas plus tard que le mois passé, la JSE Skikda, club du Faubourd de l’Espérance, avait atteint la finale de la coupe Arabe en Terre d’Arabie ».
Découvrant ce dialogue, j’ai compris alors les vertus de cette discipline sur le devenir de toutes les générations qui allaient donner à Skikda un crédit et une notoriété, toujours d’actualité.
DAN, P’tit Pierre, Hamoudi Boukikaz « Le chat  » et Rani Haddad, déjà là en 1960, ont mis le handball Skikdi sur orbite.
La JSM Skikda, le WB Skikda et aujourd’hui l’Espérance de Skikda, n’ont fait que transmettre le témoin entre les différentes générations.
Mes souhaits les plus chers, vont vers les générations futures. la flamme transmise par nos aïeux, doit transpercer le temps pour les guider vers des lendemains plus roses afin de continuer leur épanouissement et honorer de la meilleur des manières la mémoire de nos glorieux pionniers.
Pour Mr Alliout, la donne est simple, la création du Club avait pour objectif principal en 1995, de rectifier un oubli de l’histoire. Skikda a donné un Grand nombre de joueur de handball aux autres clubs (surtout à Alger) et à l’équipe nationale, mais il était temps que la ville ait un palmarès à la hauteur de ses enfants.

L’avis d’un expert, Aziz Derouaz :

Parler du handball algérien dans évoquer la ville de Skikda et son apport inestimable à notre sport à tous les niveaux de sa pratique serait comme parler de l’indépendance de notre pays sans faire référence au glorieux soldats de l’ALN.
Et précisément, ce parallèle n’est pas innocent, car l’évolution du handball à Skikda remonte à l’époque où cette belle ville côtière portait encore le nom de Phillipeville, qui rayonnait déjà au niveau de ce que nous pouvions qualifier de l’élite du pays. On en trouve pour preuve le titre de champion d’Algérie Juniors garçons remporté par le club de la ville en 1960.
Cette tradition de travail de formation a été perpetué après l’indépendance, et très vite, aux côtés des joueurs français attachés à notre pays, lesquels ont porté les couleurs de la grande JSM Skikda championne d’Algérie en 1966, et je cite « Pierre (P’tit Pierre), Daniel Pascal et Norbet Bousquet, fleurirent les noms des jeunes algériens qui ont écrit les premières lettres d’or du Handball de Skikda, Ali Bekkouche, Dahmane Mokhtari, Mohamed Mameri, Abdelkader Haddad, Salah SId, Lakhdar Driss, Brahim Bounasri, Ali Chebil, tous champion d’Algérie en 1966.
Ainsi, lorsque la FAHB décida en Septembre 1968 de créer le 1er championnat semi-national, la JSM Skikda était prête à briller et rayonner au sein de l’élite nationale.

IMG_4963 copie
Ce sont ainsi des générations qui se sont succédées, depuis cette remarquable équipe de 1968 toujours impactée par Pierre Vuillet dont le flambeau sera repris entre autres par Hamid Tsabet et les noms des futurs stars du handball algérien apparurent tels que Aziz Bouzidi, Hocine Grief (meilleur buteur algérien du mondial 74), Kamel Tsabet, Kamel Righi etc…
Une rupture avec la tradition a faillit être consommée avec une nouvelle politique sportive nationale avec comme objectif la préparation des Jeux Méditerranéens de 1975 à Alger.
Ainsi, les meilleurs fils du handball de Skikda prirent e chemin des grands clubs de la capitale. La ville a payé cher cette mutation, et la première année de la réforme sportive 1977/1978 a regroupé une division nationale à six clubs. Skikda n’était plus présenté.
Dés la saison suivante et le passage à huit club, c’est tout naturellement Skikda qui frappe à la grade porte grâce à l’engagement de ses hommes, ce qui permit à la génération de Rabie Khalfa de faire sa place dans l’élite nationale.
Certes, il était difficile de remplacer tous les illustres noms partis sous d’autres cieux tels Rabah Sayad, Belkacem Kiati, Aziz et Dahmane Bouzidi, Kamel Tsabet, Ahcene Djeffal (5ème meilleur buteurs des JO de Moscou en 1980), Mouloud Mokhnache et autre Hamid Ramdane, Hocine Grief.
Leur évocation suffit à comprendre qu’à eux seuls ils composaient une équipe nationale.
Les incertitudes de cette période ont engendré un temps de latence qui dura jusqu’à l’émergence de la JSE Skikda, venue redonner ses lettres de noblesse au handball de la ville et reprendre le flambeau des clubs qui l’ont précédé.
Un travail colossal, entamé depuis 1995, sous le crédo de la formation, allait permettre de redonner à Skikda un palmarès à aire rêver les footballeurs , orné de plusieurs titres nationaux et coupes d’Algérie chez les jeunes, et dont le couronnement récent est sans aucun doute le rôle joué de nouveau comme fournisseur de l’Equipe nationale championne d’Afrique 2014 avec Tarek Boukhmis et Hichem Kaabache
En conclusion de ce témoignage, je me vois de dire que plus de 40 ans de handball national depuis l’indépendance sont impactées par la ville de Skikda, à travers notamment El-Harrouch). Cette présence s’est tout naturellement traduite en la consécration d’un enfant de Skikda comme Président de la FAHB en la personne de mon Ami Dahmene Bouzidi.
Les organisateurs de l’évènement à l’origine de revue m’ont demandé un avi d’expert, ils m’ont ainsi honoré, et je les remercie.
Comme je ne peux terminer sans rendre un hommage particulier à Mr Yacine Aliout, grâce au travail et engagement duquel cette formidable épopée du handball de Skikda se poursuit.

IMG_4951 copie

IMG_4991 copie

IMG_5012 copie

IMG_5023 copie

IMG_5040 copie

IMG_5224

IMG_5233

IMG_5311

IMG_5341

IMG_5342

Djaffar M., dzhand.net

Check Also

Mondial 1997 au Japon, avec Djilali Mekki

DZhand.net vous propose de revenir sur les différents championnats du Monde de handball joués par …